NUMERO VERT

NUMERO VERT

BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE SELESTAT

Ce dispositif de captation sonore propose une écoute en temps réel des sons, bruits et toutes autres formes acoustiques émises par la forêt alsacienne. Cette retransmission en direct vous est accessible du 25 septembre au 1er novembre 2021, dans le cadre de la Biennale d’Art Contemporain de Sélestat. Il vous suffit de déclencher le Player (haut de page), d’allumer vos enceintes et de tendre l’oreille. Un conseil : la nature est capricieuse, n’hésitez pas à renouveler l’expérience sur d’autres plages horaires. Le brame et autres pépites faunistiques vous seront plus accessibles à la tombée de la nuit.

POUR UNE EXPÉRIENCE SONORE ET INTROSPECTIVE DE NOTRE PROPRE ENVIRONNEMENT

Interroger notre environnement proche ou lointain afin de se sensibiliser aux questions écologiques actuelles nous oblige avant tout à observer, sens premier si souvent perturbé dans notre quotidien. Observer est pourtant le point de départ de toutes approches scientifiques, analytiques, ou critiques. Baptiste Morizot, Philosophe et pisteur, évoque à ce sujet une altération de « nos relations au vivant, un appauvrissement de ce que nous pourrions sentir, percevoir, comprendre et tisser à l’égard du vivant. […] Une crise de la sensibilité ».

Partie de ce postulat, cette installation tente de (re)donner à voir ce qui n’est pas visible. Le monde sonore suscite l’imagination, l’interprétation et l’interrogation, contrairement au monde visuel qui nous pousse sans cesse à l’analyse critique de l’image. Par le son, nous redevenons « apprentis » comme le souligne Vinciane Despret, Philosophe des sciences, « nous ne savons pas tout » et l’expérience sonore est là pour « nous le rappeler ».

Numéro vert : De cette urgence climatique soulignée par ce titre évocateur, ce projet de retransmission sonore propose de stimuler notre propre faculté d’écoute afin de s’interroger sur la place réelle de l’Homme dans ce concept dit de « Nature ». La formalisation de ce projet s’appuie sur la diffusion en direct et 24h/24 d’un paysage sonore capté à quelques kilomètres de Sélestat en plein cœur de la Forêt alsacienne. Cette retransmission sera accessible via une borne audio installée en plein cœur de la ville, borne proposant en temps réel une écoute sans cesse renouvelée tout au long de la Biennale.

Simple gadget ou outil de réaffirmation de notre propre potentiel d’écoute?
Ce dispositif propose de (re)découvrir un milieu proche mais trop souvent méconnu. En ces temps où la communication connaît une accélération telle bouleversant nos sens premiers, cette expérience tente de replacer le public dans sa posture d’écoute et d’analyse d’un sujet donné. Ce projet se veut source de questionnement sur le concept de nature, la place réelle de l’Homme et la perte de sensibilité face à son environnement. Une autre manière de voir, un autre moyen de percevoir ces lieux annexés et riche de sens.

 

BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN DE SELESTAT – #24

Réalisation dans le cadre de la Biennale d’Art contemporain de Sélestat.

Parcours de visite téléchargeable ici
Thématique de l’édition #24 | La forêt dans la Ville.

Installation accessible Place d’Armes en face de l’Hôtel de Ville
du 25 septembre au 1er novembre 2021.

 

PARTENARIATS

Création et copyright  |  Jérémie Rigaudeau 2021
Accompagnement technique  |  CELLULE B – Assistants d’artistes (Nantes)
Partenaire local et environnemental  |  DEFI-Ecologique (Sélestat)
Développement  |  Etienne Montpied

MOBIL-HOME

MOBIL-HOME

MOBIL-HOME

POUR UNE CHIMÉRIQUE LECTURE DE L’ETAT DE LA NATURE

POUR UNE CHIMÉRIQUE LECTURE DE L’ETAT DE LA NATURE

“À l’heure où la place de la Nature est largement interrogée, en cette époque charnière provoquée par bon nombre de bouleversements environnementaux, Mobil-Home se pose là, tel un miroir renvoyant l’absurdité de la situation à ses propres sujets… Ce cyclope monumental, nous semble bien curieux de ce que nous sommes et de notre propre devenir. Cette forme de refuge-mobile, capable de franchir les frontières d’un seul pas de côté, serait en mesure de migrer rapidement sous des hospices qui lui sembleraient plus favorables. S’adaptant à de nouveaux milieux à la rencontre d’autres espèces riches de leurs bagages culturels, il aurait tout à gagner à jouer de sa mobilité. Paradoxe de l’histoire, nous, petits êtres statiques sommes aujourd’hui inaptes à une adaptation rapide à ces changements que nous avons nous-mêmes convoqué. Peut-être ne s’agit-il là que d’un simulacre à même de focaliser notre attention sur une chimérique lecture. Bel exercice, alors, que de prendre de la hauteur face à cette installation statuaire du non-sens. Sans doute charge à nous de nous questionner en cultivant notre curiosité. Cette chimère présente-elle une réelle utilité ? Doit-on se poser la question plus globalement de sa présence et de son impact dans l’espace public? Est-ce réellement absurde de se demander si c’est elle ou notre propre situation qui bat de l’aile ? Que provoque le non-sens dans notre schéma de pensée ? Ces démarches artistiques peuvent-elle avoir un pouvoir de persuasion, de répulsion, ou simplement inciter à la discussion ? Il n’y a lieu ici que de provoquer l’échange. Si tel est le cas cette création aura répondu à son objectif premier. Dialoguer avec son interlocuteur.”

 

Texte rédigé par Julien Hoffmann /Membre fondateur de DEFI-Écologique
http://www.defi-ecologique.com/

 

Événement organisé par La Métropole Rouen Normandie en partenariat avec l’ONF.
Le programme à retrouver
ici

 

Conception technique en partenariat avec le collectif Cellule B

CHAISES CLONÉES

CHAISES CLONÉES

CHAISE CLONÉE N°1

SUBSTITUTION GÉNÉTIQUE DE L’OBJET

SUBSTITUTION GÉNÉTIQUE DE L’OBJET

Cette Chaise clonée pose un regard et une critique sur l’utilité réelle du design fonctionnel d’aujourd’hui. Entre absurdité et esthétisme, cette création se veut décalée tant dans sa forme que dans notre propre rapport à l’objet. La conception de cette assise s’appuie ici volontairement sur une démarche de tâtonnement, similaire à un processus scientifique où la manipulation provoque fréquemment erreurs et malformations dans l’expérimentation. Le sens commun de l’objet devient donc ainsi un réel sujet d’étude. Cette approche nous apporte un questionnement sur l’évolution et les dérives de la création au sens large du terme. Elle nous renvoie à la modification de notre usage quotidien de l’objet et à notre propre perception commune.

 

Cette « Chaise clonée N°1 » est tirée d’une série du même nom / Sortie 2015.
Conçue par Jérémie Rigaudeau | En co-production avec l’Ebéniste Alexandre Guédès de l’Atelier 4.

 

 

Selectionnée à la BIENNALE INTERNATIONALE DE DESIGN DE ST ETIENNE – Exposition Artifact #H – Edition 2015

Selectionée à PARIS DESIGN WEEK – Now le Off – Edition 2015.

Visible sur Manifeste 2015

 

Plaquette de présentation à télécharger

LA NATURE A-T-ELLE UN PRIX ?

LA NATURE A-T-ELLE UN PRIX ?

LA NATURE A-T-ELLE UN PRIX ?

“HORIZON ARTS NATURE” EN SANCY

“HORIZON ARTS NATURE” EN SANCY

Un arbre déraciné gisant sur le sol, étiqueté, calibré, emballé simplement dans un sac plastique…
Cette installation propose de nous questionner sur les notions de marchandisation. Que considère-t-on aujourd’hui comme produits consommables ? Comment l’Homme exploite la nature ? A-t-on franchit des limites de la production ? L’Homme a-t-il un droit illimité sur son environnement ? L’artiste tente de dénoncer ici un monde où la prise en compte écologique reste partielle voire absente. L’œuvre est présentée ici à échelle 1, de façon démesurée voir absurde pour mieux en faire ressortir ces problématiques contemporaines. Une installation prenant tout son sens grâce au contexte et à l’espace dans lequel il s’inscrit.

Réalisation dans le cadre Horizon “Arts Nature” en Sancy, pour la 11ème édition, présentée au Lac Chauvet (Auvergne)

Conception avec l’aide de Cellule B, de l’entreprise Air Toile Concept et de l’Atelier Signea

ABSURDOGRAPHIE #1

ABSURDOGRAPHIE #1

ABSURDOGRAPHIE #1

LA GÉOTHÈQUE  / “OU COMMENT REVISITER NOTRE VISION DU MONDE ?”

LA GÉOTHÈQUE  / “OU COMMENT REVISITER NOTRE VISION DU MONDE ?”

Une carte au mouvement aléatoire où les continents ne restent plus en place, comme pour revisiter notre vision du monde.

 

LE VOYAGE A NANTES / “DE L’ART DES ENSEIGNES”

“Chaque été, le Voyage à Nantes met en scène le parcours de la ville et tente de s’inscrire dans son activité quotidienne. En proposant à des commerçants de laisser des artistes réinterpréter leurs enseignes, il implique dans une démarche créative les acteurs essentiels de la cité.
Dans la lignée de son travail d’illustrateur-plasticien, les propositions de Jérémie Rigaudeau se révèlent d’un humour parfois léger, parfois mordant. Armé de dérision, l’artiste s’amuse aussi bien du nom du commerce que du service proposé pour venir créer des enseignes qui en prennent le contre-pied.”

Texte tiré du programme Le Voyage à Nantes 2016

 

Conception plastique réalisée par Cellule B
Réalisation dans le cadre de l’Art des Enseignes pour le Voyage à Nantes 2016

Programme à télécharger ici

ABSURDOGRAPHIE #2

ABSURDOGRAPHIE #2

ABSURDOGRAPHIE #2

HOTEL AMIRAL / “POUR UN SOMMEIL ENCADRE”

HOTEL AMIRAL / “POUR UN SOMMEIL ENCADRE”

Harassé par son dernier voyage, l’Amiral – pourtant figure de proue de l’hôtel qui porte son nom – ne tient plus la pose.

 

LE VOYAGE A NANTES / “DE L’ART DES ENSEIGNES”

“Chaque été, le Voyage à Nantes met en scène le parcours de la ville et tente de s’inscrire dans son activité quotidienne. En proposant à des commerçants de laisser des artistes réinterpréter leurs enseignes, il implique dans une démarche créative les acteurs essentiels de la cité.
Dans la lignée de son travail d’illustrateur-plasticien, les propositions de Jérémie Rigaudeau se révèlent d’un humour parfois léger, parfois mordant. Armé de dérision, l’artiste s’amuse aussi bien du nom du commerce que du service proposé pour venir créer des enseignes qui en prennent le contre-pied.”

Texte tiré du programme Le Voyage à Nantes 2016.

 

Conception plastique réalisée par Cellule B
Réalisation dans le cadre de l’Art des Enseignes pour le Voyage à Nantes 2016

Programme à télécharger ici

ABSURDOGRAPHIE #3

ABSURDOGRAPHIE #3

ABSURDOGRAPHIE #3

HOTEL VOLTAIRE OPERA / “DU COMPTE-MOUTONS AUX OBJETS CONNECTES”

HOTEL VOLTAIRE OPERA / “DU COMPTE-MOUTONS AUX OBJETS CONNECTES”

Un compteur à balancier propose le calcul automatique du passage des moutons pour un endormissement sans peine.

 

LE VOYAGE A NANTES / “DE L’ART DES ENSEIGNES”

“Chaque été, le Voyage à Nantes met en scène le parcours de la ville et tente de s’inscrire dans son activité quotidienne. En proposant à des commerçants de laisser des artistes réinterpréter leurs enseignes, il implique dans une démarche créative les acteurs essentiels de la cité.
Dans la lignée de son travail d’illustrateur-plasticien, les propositions de Jérémie Rigaudeau se révèlent d’un humour parfois léger, parfois mordant. Armé de dérision, l’artiste s’amuse aussi bien du nom du commerce que du service proposé pour venir créer des enseignes qui en prennent le contre-pied.”

Texte tiré du programme Le Voyage à Nantes 2016.

 

Conception plastique réalisée par Cellule B
Réalisation dans le cadre de l’Art des Enseignes pour le Voyage à Nantes 2016

Programme à télécharger ici

ABSURDOGRAPHIE #4

ABSURDOGRAPHIE #4

ABSURDOGRAPHIE #4

BANQUE C.A LADMIRAULT / “BRAQUAGE A CIEL OUVERT”

BANQUE C.A LADMIRAULT / “BRAQUAGE A CIEL OUVERT”

Un ballet de caméras de surveillance suit de près une action plus que suspecte… Un hold-up sans nom.

 

LE VOYAGE A NANTES / “DE L’ART DES ENSEIGNES”

“Chaque été, le Voyage à Nantes met en scène le parcours de la ville et tente de s’inscrire dans son activité quotidienne. En proposant à des commerçants de laisser des artistes réinterpréter leurs enseignes, il implique dans une démarche créative les acteurs essentiels de la cité.
Dans la lignée de son travail d’illustrateur-plasticien, les propositions de Jérémie Rigaudeau se révèlent d’un humour parfois léger, parfois mordant. Armé de dérision, l’artiste s’amuse aussi bien du nom du commerce que du service proposé pour venir créer des enseignes qui en prennent le contre-pied.”

Texte tiré du programme Le Voyage à Nantes 2016.

 

Conception plastique réalisée par Cellule B
Réalisation dans le cadre de l’Art des Enseignes pour le Voyage à Nantes 2016

Programme à télécharger ici

THE PAPER BOAT

THE PAPER BOAT

THE PAPER BOAT

UNE INSTALLATION SYMBOLE APPOSÉE SUR LE DUIT

UNE INSTALLATION SYMBOLE APPOSÉE SUR LE DUIT

Après la lanterne en 2005 et les Chaises de Pierre en 2009, cette installation filaire nous rappelle avec légèreté les souvenirs d’enfances, de voyages réels ou oniriques. Conçu spécifiquement pour l’édition 2015 du Festival de Loire à Orléans, ce dessin au trait flottant apporte de jour comme de nuit une seconde magie aux lieux, naviguant entre les éléments naturels et l’imaginaire collectif.

Création en lien avec Acqua Viva Production

LA BANDE PASSANTE

LA BANDE PASSANTE

LA BANDE PASSANTE

“ENTREZ DANS LA MATIERE SONORE”

“ENTREZ DANS LA MATIERE SONORE”

Cette installation numérique propose un plongeon sensoriel et spatial dans le spectre sonore. Cette immersion offre aux spectateurs la possibilité d‘explorer, de réinterpréter la composition musicale en temps réel.

La Bande Passante, instrument de musique à part entière, permet de rentrer physiquement dans la matière sonore, l’architecture diffusant elle-même la partition dans l’espace. Un simple mouvement suffit au spectateur pour jouer avec l’écriture musicale. D‘un geste, il l’explore, la sculpte, l’effleure tel un archet.

Équipé d’un tag, partez à l’exploration du son en vous déplaçant dans l’installation, n’hésitez pas à vous arrêter, à varier la vitesse de votre mouvement à l’aide de ce boîtier. Très lentement ou très rapidement, vos gestes vous feront entrer en contact avec la matière sonore.

 

Conçue par :

Olivier Brichet | Scénographe et Créateur sonore
Laurent La Torpille | Créateur sonore
Jérémie Rigaudeau | Illustrateur et Plasticien
Xavier Seignard | Créateur d’installations interactives

Plus d’informations sur : www.bandepassante.org

 

Lauréat de la Bourse Mécène et Loire 2014 “Art, innovation et économie”
Création soutenue par le dispositif DICRéAM du Centre National de Cinématographie
En Avant-Première au Théâtre du Quai à Angers, Scène nationale, 2015

Dossier artistique à télécharger ici

GRAND FORMAT

GRAND FORMAT

COLLAGE DE RUE

OU LA VERSION “GRAND FORMAT” D’UN DESSIN COLLECTIF

LA VERSION “GRAND FORMAT” D’UN DESSIN COLLECTIF

Cette création “Accroche-Coeurs” a vu le jour en août 2013 suite à la rencontre autour d’un atelier entre six détenus de la Maison d’Arrêt d’Angers et l’artiste Jeremie Rigaudeau. Ce workshop d’une semaine basé sur le street art a fait naître après de nombreuses esquisses, un visuel conçu et imaginé collectivement. Suite à cette première étape, l’artiste invité a pu s’emparer, retravailler et réadapter ce visuel sur un format d’une quinzaine de mètres d’envergure. Après une semaine de réalisation à échelle 1, ce dessin a pu être apposé quelques jours avant le lancement du festival des Accroche-Coeurs, sur un pan de mur du Musée des Beaux-Arts en centre ville d’Angers. Une immersion directe et collective dans le monde de l’art urbain par la découverte du collage de rue, du plus petit au plus grand format.

Texte tiré du programme du Festival, à consulter ici.

 

Projet culturel en partenariat avec la Ville d’Angers, Acqua Viva Production,
le Service Pénitentiaire d’Insertion du Maine et Loire,
la Ligue de l’Enseignement, la Maison d’Arrêt d’Angers et la Paperie.

Réalisation technique / Alain Simonnet, Jean-Yves Bienvenu, Stéphane Lefèvre avec la participation de six détenus
Tournage et montage vidéo / Erwan N’Silu et Jeremie Rigaudeau
Partenaire graphique / Creastore.com

 

Vidéo à retrouver dans l’article : Grand format | vidéo

REVERSE GRAFFITI

REVERSE GRAFFITI

REVERSE GRAFFITI

PERFORMANCE 

PERFORMANCE 

Grâce à la fermeture de la trémie pendant ces heures de festivités, le public des “Accroche-Coeurs” d’Angers a pu profiter d’un accès privilégié pour y découvrir le travail du plasticien Jérémie Rigaudeau. La thématique de cette édition “Le Grand Nord” a donné lieu à l’apparition éphémère d’un ours polaire sur les murs de la trémie. Un fresque de 120 mètres de long le temps d’une journée. Une performance avec un savant mélange de pochoirs, de béton et d’eau sous-pression…
En hommage au grand fauve blanc !

 

Réalisation | Matthieu Borel, Sébastien Mategot Jérémie Rigaudeau et Alice Samson
Crédit Photo | Malécot Jean-Marc
Crédit Photo | Rigaudeau Roger

 

Création “Accoche-Coeurs” 2012

 

Vidéo de la performance à consulter ici.

CHAIRWOOD

CHAIRWOOD

CHAIRWOOD

DE LA MATIÈRE PREMIÈRE A L’OBJET

Perchoir, chaise haute ou simple continuité de la nature ?
Cette création un brin poétique interroge ou laisse simplement rêveur.
Une installation In-Situ entre objet réel et imaginaire.

 

Prototype réalisé sur le site d’une ancienne carrière d’ardoise à Angers.

COLLAGE DE RUE

COLLAGE DE RUE

COLLAGE DE RUE

A LA RECHERCHE DE SA MAJESTÉ

A LA RECHERCHE DE SA MAJESTÉ

Les 7-8-9 septembre 2012, à l’occasion du festival des arts de la rue “Les Accroche-Coeurs” à Angers, deux séries de collages ont parsemé les murs et le mobilier urbain du centre ville. Après la thématique du Sud en 2010, “l’Est” en 2011, les “Accroche-Coeurs” ont mis le cap au Nord pour cette édition d’automne. C’est sur cette thématique qu’ont été présentées les collages “A la recherche de Sa Majesté” et “Pingouins en déambulation”. Dix reines d’Angleterre croquées et plus de soixante oiseaux illustrés se sont retrouvés en plein cœur d’Angers pour le festival.

Réalisation de la plaquette de communication | Alice Samson
Crédit Photo | Jean-Marc Malécot |
Crédit Photo | Jeremie Rigaudeau

Deux extraits vidéo disponibles  dans les deux articles : collage en vidéo #1 et #2
Programmation à consulter ici.

EN TRANSAT

EN TRANSAT

EN TRANSAT

POUR UNE SIESTE COLLECTIVE

POUR UNE SIESTE COLLECTIVE

Cette installation, réalisée par le collectif “Made in”, a été proposée lors du festival des “Accroches-coeurs” à Angers pour l’édition 2010. Ces transatypiques formés de deux bandes de dix mètres de long chacune offrent au public une panoplie d’assises à inclinaison variable.